Tout le programme du 68 est maintenu. Le camion de parpaing à fait demi-tour.

Petit rappel le 68 est un lieu à partir duquel se coordonne plusieurs fronts de lutte. L’ensemble de ses fronts à pour titre le « mouvement des papiers, des logements pour tous ». Ainsi donc le foyer ADOMA à Joué-les-Tours, harcelé par la police depuis plusieurs semaines est une de nos principale préoccupations. La police est passée à une phase inédite de persécution auprès des résidents et du personnel du foyer ADOMA à Joué-les-Tours. Le personnel est soumis à des contrôles d’identité régulier par la police et les familles sont terrorisées et reclus dans leur chambre.
En ce qui concerne l’hébergement d’urgence rien n’est stable, l’espace réquisitionné est un lieu ouvert, mais vu la précarité juridique du 68 il va de soi que nous n’y logerons pas des personnes poursuivie par la police.
Le 68 était vide voilà quelques jours et de nombreuses maisons sont ainsi laissées vide dans la ville et son aglo, alors qu’il manque un nombre de place en accueil d’urgence, d’une part et pour les demandeurs d’asile, d’autre part.
Organiser des réseaux de résistances pour protéger les personnes persécutées par la police demande beaucoup beaucoup de travail et un lieu pour coordonner tout cela. Le blog 68rueducanal exprime toutes les tendances qui traversent le mouvement, bref sa multitude.

Publicités